Jeudi 17 septembre 2020 : le Schauenberg

Il fait encore beau. La balade ne sera pas longue. De ce fait, 26 personnes se rendent à Pfaffenheim sous la houlette de Françoise. Elle nous fait découvrir la sacristie médiévale  dans l’église. On entame la montée vers la Chapelle St Léonard où une équipe de bénévoles s’affaire à faire du ciment. Claude manie la truelle. Un des leurs nous apporte des informations précises et documentées sur le lieu. Nous avons du mal à nous séparer de lui tellement il est érudit. Mais il faut y aller ! Merci pour cette page d’histoire ! Le sentier passe en bordure des vignes à la limite de la forêt. Et nous voilà à arpenter les rues de Gueberschwihr et à admirer les maisons fleuries. Nous contemplons l’église neo-roman de 1871 avec sa méridienne. Et nous voilà à ahaner en remontant la rue des mouches. Direction sous les anciennes carrières ! Mais des travaux forestiers nous font modifier notre parcours. Oh ! des troncs ! voilà un beau lieu de pique nique ! L’après midi nous passons à Osenbuhr  via le Schauenberg. Cette belle randonnée aura été longue de 15 km avec une dénivelée de 531m. Merci Françoise. C’était chouette. A la prochaine.   Christiane H.

 
What do you want to do ?
New mail

Jeudi 10 septembre 2020 Ferrette.

Rendez vous à Luppach annonce notre guide Christian. Où est-ce ? Ce n’est pas sur la carte Michelin.  Près de Bouxwiller. Nous sommes à 15. Et hop,c’est parti direction la Grotte des Nains. De suite des montées raides. A la grotte, Fabien conte la légende des Nains. Et voilà un belvédère d’où l’on voit Ferrette, le château et Vieux Ferrette. Nous visitons les ruines du château Ferrette.. De là haut, on a une vue majestueuse selon Anne.  Elle nous rappelle comment ce château est entré dans la corbeille des Grimaldi.  Et nous voilà en train de descendre dans les rues sacrément  en pente de Ferrette.  Puis nous remontons sous le chaud soleil de midi  vers la Tour Rossberg rénovée en 2008. L’ombre  des arbres est bienfaisante. La Tour est à une altitude de 675m. Elle a une hauteur de 20m. Nous poursuivons notre rando. Mais des travaux forestiers nous obligent à modifier notre itinéraire. De Koestlach nous rejoignons Vieux Ferrette. Pour terminer, une super montée dans les champs. Nous évoquons les niches funéraires des moines de la Crypte de Luppach. Et nous voilà rendus aux voitures après avoir parcouru 18km et 650m de dénivelé. Merci Christian et Dolorès. C’était chouette. Et bravo pour avoir su adapter le parcours. A la prochaine.    Christiane H.

 
What do you want to do ?
New mail

Jeudi 03 septembre 2020: Le Climont : La journée s’annonce belle. Il fait encore un peu frais ce matin sous un ciel nuageux au départ de l’Eglise de Ranrupt à 510m d’altitude. Nous sommes 14 ; il est 9h et nous nous mettons en route. Le soleil apparaît et ne nous quittera pas tout au long de notre périple. Direction le hameau de Stampoumont par l’original belvédère de Ranrupt et le Chemin des Stations bien ombragé. La montée est régulière, mais la température monte vite et bientôt nous nous découvrons. La côte 655 passée, nous redescendons légèrement sur la chapelle de Stampoumont bâtie en 1960 sur l'emplacement d'une ancienne ferme dont elle réutilisa les matériaux. Nous remontons et avons majestueusement en face de nous le Climont culminant à 965m, seulement, mais notre chemin redescend d’abord rapidement de 100m pour atteindre la ferme de l’Evreuil à 550m d’altitude. 250m sur la route et voici que les choses sérieuses commencent ; une grimpette de 130m dont un fort raidillon et nous voilà au « Bas Climont ». Un petit répit sur un large chemin de niveau et nous atteignons les sources de la Bruche matérialisées par une belle colonne en grès sculptée. Quittant ce large chemin nous continuons quelque peu sur un sentier pour enfin faire la pause de midi (passé). ¾ d’heure d’arrêt et nous entamons sous le cagnard la montée au sommet gréseux du Climont (Clivemont en ancien français, Winberg en ancien alsacien devenu Weinberg) de forme conique voire trapézoïdale telle une balise repère du randonneur, où a été érigée par le C.V. Strasbourg en 1897 en l’honneur de Julius Euting la tour qui porte son nom et que nous ne manquons pas de gravir afin de profiter du beau panorama à 360° qu’elle dévoile ainsi : vers le nord le Donon et le val de Bruche, vers l'est le val de Villé, au méridien les Vosges moyennes et à l'occident le bassin de Saint-Dié. La descente, sportive, est abrupte par un sentier encombré de nombreuses grosses pierres presque jusqu’au Col de Steige. Là, arrêt minute au bar pour prendre Rdv dans 30’ pour savourer une bonne mousse amplement méritée au bout d’environ 18km et 800 de D+, et 6 à 6h 30 de marche. JPM

 

 
What do you want to do ?
New mail

Nous sommes 6 veinards au parking du lac d’Alfeld (620m) sous un soleil radieux ! Ceux qui étaient venus à l’été 2019 au même endroit se souviennent encore de la rincée mémorable que Dame Nature leur avait alors offerte…

Allez, sans rancune. On démarre un peu avant 9h et en traversant le barrage on constate que le niveau du lac a sérieusement baissé, conséquence de la sécheresse estivale sans doute.

Dès la rive opposée commence immédiatement la raide montée vers la Schaling Hütte, véritable nid d’aigle dominant les environs depuis son promontoire rocheux. Nous faisons un pas de côté pour voir le site de la cascade mais comme on s’y attendait il n’y a pas d’eau.

Arrivés à la cabane nous profiterons un court instant de la vue sur le lac dont la couleur habituellement très sombre a curieusement viré au vert.

La montée se poursuit jusqu’aux ruines d’une ancienne ferme qui, selon une photo d’époque, existait encore en 1926. Les quelques murets encore debout sont mangés par la forêt : on a du mal à imaginer le paysage de l’époque !

A cette intersection nous prenons la direction de l’Oberer Wasserfall dans un décor forestier sauvage. Il fait soif et une petite pause dans une belle clairière au milieu de la bruyère en fleurs est la bienvenue.

Un peu plus haut, au point 1050, nous rejoignons le GR 5 que nous suivons jusqu’au Col de Morteville puis une dernière montée nous amène à la Ronde Tête (1117m) point culminant de la journée.

Une petite douceur et nous voilà repartis sur le sentier de l’Oberalfeld qui rejoint la Chaumière (1083m) en passant sous le Ballon d’Alsace.

Il est 12h45 et c’est l’heure du casse-croûte.

Après la pause, pas le choix, il nous faut descendre par le Trou de la Chaudière pour rejoindre le Boedelen. Et ça va chauffer dans les chaussures !

Cette descente restera dans nos mémoires par sa pente d’environ 41% dans sa première partie, avec un D négatif de 220m en terrain herbeux glissant, caillouteux sur plus de 500m, il n’y a pas de sentier et c’est dur, dur pour les genoux. Finalement on arrivera en bas cahin-caha, sans trop de mal et sans être certains de recommencer l’an prochain ! Et encore moins dans 10 ans !

En suite nous terminons par le sentier classique qui relie Hinteralfeld au lac par la rive gauche et prenons à 15h le pot de l’amitié en extérieur à l’auberge du lac.

Au final le temps de marche effective est de 5h pour 11km et 700m de D+

Merci aux guides pour cette magnifique randonnée.

JB

 
What do you want to do ?
New mail

Rando du 20 août : Neuweiher-Lac des Perches
Derniers jours de canicule, 34 d° annoncés en plaine, nous serons 12 à nous retrouver au départ d’Ermensbach près de Rimbach. Nous cheminons à l’ombre sur le chemin dit de pierres menant aux Neuweihers atteints en une bonne heure. Nous y retrouvons de nombreux randonneurs, l’un d’eux sortant béat d’une petite baignade rafraichissante. Jean-Paul retrouve l’emplacement où avec ses parents il venait camper après avoir marché depuis la gare d’Oberbruck , il avait 8 ans et le souvenir intact ! Nous profitons quelques instants de cet écrin avant d’attaquer la sérieuse montée au Lac des Perches, une succession de lacets et à mi chemin, un superbe champ de bruyères et un point de vue sur le lac du Neuweiher en contre-bas. Nous sortons du bois sur la chaume de la Haute Bers et rejoignons le lac des Perches en petite descente. Dany retrouve lui aussi l’emplacement où les vtm ont planté la tente du temps de leur jeunesse. Jean-Paul nous décrit la trajectoire que nous allons suivre en traversée à mi hauteur du cirque jusqu’au Col des Perches. Quelques passages délicats équipés de mains courantes et un dernier pierrier pentu avant le col des Perches. Il est midi, le plus dur est fait. Quelques hésitations, nous décidons de pousser jusqu’à la Haute Berse et son bel abri au toit végétalisé pour la pause casse-croûte. Nous ne sommes pas les premiers mais arrivons à nous installer à l’ombre. Vue panoramique sur la face ouest du massif du Rossberg et la vallée de Masevaux. Peu après la reprise, nouvel objectif, nous désaltérer sur la terrasse de la ferme auberge Gresson Moyen. Une bonne heure en traversée, en sous-bois par le col des Charbonniers, les gorges sont bien sèches lorsque nous atteignons notre but …notre frustration sera grande, jeudi, jour de fermeture. Nous poursuivons notre descente à travers prés et sous-bois, avec bonne humeur malgré le sentier pentu et empierré et les genoux douloureux. Une dernière pause auprès du torrent, un bain de pied pour certains et enfin une petite terrasse dans le pré derrière la seule auberge du circuit et des anniversaires à honorer, Agnès et Dany. « Happy birthday to you ». Un verre en forme de flûte, de la buée sur les parois et une petite crête de mousse, un moment si particulier. Nous sommes  à 500m de nos voitures, nous aurons parcouru 16 kms et un peu moins de 800m de dénivelé, du sérieux. Belle journée de convivialité. fh

 

 
What do you want to do ?
New mail

Fil de navigation